Affaire de Tarnac : Le caractère "terroriste" non retenu par la justice

Affaire de Tarnac : Le caractère
10/01/2017 16:16

La justice française a écarté définitivement mardi la qualification terroriste de l'affaire de Tarnac, l'enquête sur un groupuscule d'ultra-gauche accusé d'avoir saboté des lignes de la SNCF en 2008.

La Cour de cassation n'a donc pas suivi le parquet général de Paris. La plus haute juridiction française a définitivement écarté, mardi 10 janvier, la qualification terroriste pour les poursuites contre Julien Coupat et les autres membres du groupe de Tarnac. 

"Il n'existe pas de charges suffisantes permettant de retenir que les infractions (...) auraient été commises en relation avec une entreprise individuelle ou collective ayant pour but de troubler gravement l'ordre public par l'intimidation ou la terreur", note la Cour de cassation.

Les huit personnes seront donc jugées devant un tribunal correctionnel, dont quatre sous le chef d'"association de malfaiteurs", pour des dégradations sur des lignes TGV en novembre 2008.

Les juges d'instruction étaient arrivés à cette conclusion en août 2015. Ils n'avaient pas retenu de qualification terroriste, mais seulement une opération de dégradations sur des lignes TGV dans la nuit du 7 au 8 novembre 2008, à Dhuisy (Seine-et-Marne), à l'encontre de Julien Coupat et de son ex-épouse Yildune Lévy, qui nient les faits. ...

 


Recherche
En bref Voir plus


Les articles les plus lus
Buzz
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles

*: champ obligatoire

Météo

nuageux

15 °C

23/02/2017