Stocks de sécurité: Le diagnostic alarmant de la Cour des comptes

Stocks de sécurité: Le diagnostic alarmant de la Cour des comptes
Source : Le360.ma
10/01/2017 13:30

La Cour des comptes vient de rendre public son rapport relatif à une mission menée sur «les stocks de sécurité au Maroc» et les conclusions de ce travail sont plutôt inquiétantes. .

L’enquête de la Cour des comptes a porté sur des produits à intérêts économique ou social majeur pour le pays. Il s’agit notamment des produits pétroliers, du blé tendre, du sucre, des médicaments et des produits sanguins.

D’une manière générale, une des conclusions interpelle tout particulièrement. En effet, les magistrats de la Cour des comptes soulignent que faute de cadre légal évolutif et comportant des définitions précises, la notion de stock est mal appréhendée.

C’est ainsi qu’ils relèvent que le "stock de sécurité est confondu avec les stocks outils des opérateurs, destinés à répondre à leurs propres besoins commerciaux et non au souci national de sécurité de l’approvisionnement dans les circonstances normales et exceptionnelles".

Produits pétroliers: des stocks de 10 jours au lieu de 60!

Par segment, des lacunes assez alarmantes ont été soulignées concernant les produits pétroliers. D’abord, l’obligation réglementaire de détenir 30 jours de ventes de pétrole brut par le raffineur "n’est respectée qu’à moitié avec des stocks ne couvrant que 15,7 jours de ventes à juillet 2015".

Le rapport supervisé par Driss Jettou ne manque de souligner que "depuis cette date, le raffineur local est en arrêt d’activité ce qui porte un risque supplémentaire sur la sécurité de l’approvisionnement du marché en produits pétroliers".

Et d’ajouter: "en effet, depuis l’été 2015, le marché national est approvisionné entièrement par l’importation de produits raffinés, ce qui accroît son exposition aux aléas du marché international et fait que les capacités de stockage se trouvent diminuées de celles disponibles, jusqu’à cette date, chez le raffineur local".

Pour leur part, les stocks de sécurité des produits pétroliers devant être détenus par les distributeurs, sont censés représenter 60 jours de consommation. Sauf que ce niveau n’est jamais atteint. Selon la Cour "les écarts sont plus significatifs pour certains produits de grande consommation comme le gasoil et le butane".

Pour le gasoil, les stocks disponibles à fin 2015 ne permettaient de couvrir, en moyenne, que 24,1 jours de consommation. Et pour le butane, pour la même année, ces stocks ne couvraient que 27,5 jours de consommation.

Quant au supercarburant, les stocks disponibles ne couvraient que 34,8 jours de consommation. Les stocks de fuel chez les distributeurs présentent la situation la plus critique avec des niveaux ne dépassant pas cinq jours de couverture en 2015.

Remarque importante: il arrive que les stocks atteignent des niveaux critiques ne dépassant pas 10 jours de consommation pour certains mois. ...

 

 


Recherche
En bref Voir plus


Les articles les plus lus
Buzz
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles

*: champ obligatoire

Météo

partiellement ensoleillé

11 °C

20/01/2017