Le Manifeste du 11 janvier : La symbiose entre le Mouvement national et le Trône alaouite

Le Manifeste du 11 janvier : La symbiose entre le Mouvement national et le Trône alaouite
Source : LesInfos.ma
10/01/2017 12:57

Le peuple marocain célèbre, mercredi, le 73e anniversaire de la présentation du Manifeste de l’indépendance (11 janvier 1944), un geste audacieux ayant illustré la symbiose parfaite entre le mouvement national et le glorieux Trône alaouite, dans la lutte pour sortir le Royaume du joug du colonialisme.

Cet événement, à inscrire en lettre d’or dans l’Histoire du Maroc, a inauguré une nouvelle ère en scellant un pacte historique entre le héros de la libération, feu Mohammed V et les leaders du mouvement national, en illustration de la volonté commune du Trône et du peuple d’en finir avec le protectorat pour se lancer dans l’édification d’un Maroc libre et indépendant

La présentation du Manifeste de l’indépendance a constitué un tournant décisif et inauguré une nouvelle ère dans le processus de libération nationale, qui est passé de l’étape de revendication de la mise en œuvre des réformes contenues dans l’acte de protectorat à l’étape de revendication publique de l’indépendance et de la souveraineté nationale.

Pendant près de treize siècles jusqu’au moment où le protectorat lui a été imposé dans des circonstances particulières, le Maroc a toujours constitué un État libre et souverain qui a conservé son indépendance.

Un royaume sous zones de tutelle

Après une longue résistance militaire qui s’est opposée au régime colonialiste, le Royaume fut divisé en des zones de tutelle, réparties entre le protectorat français (au centre du Maroc) et le protectorat espagnol (Nord et Sud du Royaume), alors que Tanger a été considérée zone internationale, rendant de ce fait plus difficile la mission de libération du territoire national.

En 1934, le Comité d’action marocain voyait le jour, amorçant une nouvelle forme de résistance, cette fois-ci politique. Guidé par les instructions du Sultan Mohammed V, l’embryon du Mouvement national allait présenter un plan de réformes au gouvernement français en 1934 et en 1936.

Profitant de la tenue de la Conférence d’Anfa en janvier 1943 qui réunissait les leaders Alliés en pleine 2e Guerre mondiale, le Sultan Mohammed V a obtenu l’assurance du président américain Franklin Roosevelt de son soutien au projet d’indépendance du Royaume, une fois la guerre achevée.

Un acte de bravoure

Le 11 janvier 1944 fait ainsi date dans les annales de l’Histoire de la lutte contre l’occupation étrangère. Ce jour-là, 67 nationalistes dont une femme signent le manifeste réclamant l’indépendance du Maroc, en concertation avec le Sultan feu Mohammed V.

Plus qu’un simple document signé et soumis aux autorités coloniales, ce manifeste s’apparentait à l’époque, à un véritable acte de bravoure dont les conséquences étaient tout à fait imprévisibles.

La publication du Manifeste de l’indépendance fut, en effet, l’aboutissement d’intenses contacts entre le Palais royal et le mouvement national et a constitué le cheminement logique ayant couronné plus de trente années d’une lutte de longue haleine du peuple marocain à travers toutes les régions du Royaume.

C’était là une véritable révolution nationale qui a reflété la maturité des Marocains et leur détermination à poursuivre la lutte jusqu’à la réalisation de la victoire finale, grâce à la glorieuse épopée menée conjointement par le Trône et le peuple.

(Farouq El Alami avec Agences)


Recherche
En bref Voir plus


Les articles les plus lus
Buzz
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles

*: champ obligatoire

Météo

ensoleillé

10 °C

17/01/2017