Exposition "Itinéraires intérieurs" : Les migrants dans l’intimité de leur foyer

Exposition
05/01/2017 19:46

Dans l’exposition "Itinéraires intérieurs", le photographe Bruno Fert montre l’intérieur d'habitations de migrants retenus dans des camps en France et en Grèce. Loin des clichés misérabilistes sur la vie dans les "jungles".

Avec ses murs à l’effigie du club de foot de Bradford et son Union Jack épinglé au-dessus du lit, l’intérieur ressemble à la chambre d’un adolescent britannique. L’occupant des lieux n’est pas anglais, il rêve d’Angleterre. En 2015, Fouad a quitté Deraa, en Syrie, pour tenter de rejoindre la Grande-Bretagne. Comme des milliers d’exilés nourrissant la même ambition, son parcours s’est arrêté au bord de la Manche, à Calais.

Il y restera un peu plus d’un an. Avant qu’elle ne soit démantelée en octobre dernier, la "jungle" fut donc sa "ville". Le jeune homme de 26 ans y habitait l’un des abris en bois construits sur le site par Médecins sans frontières (MSF). Durant cette période, Fouad essaya plusieurs fois de traverser la Manche. Une fois, il crut atteindre son but. Embarqué clandestinement dans un camion, il fit une centaine d’heures de route avant de découvrir que c’est en Espagne que le véhicule l’emmenait.

L’histoire de Fouad, c’est le photographe Bruno Fert qui la raconte. En quelques lignes seulement. Car le plus parlant n’est pas tant le texte que l’image. Cette image d’un intérieur ordonné où le Syrien a entretenu des mois durant son désir d’Angleterre. La tranquillité qui se dégage de la photo tranche avec les clichés misérabilistes qui collent à la "jungle". "On associe la situation des migrants à la misère mais, finalement, la misère, ce sont les politiques européennes qui la créent en bloquant des personnes dans des endroits, explique Bruno Fert. En découvrant les habitations des migrants et le soin qu’ils y apportent, on découvre autre chose de leur univers. On voit surtout que ce sont des personnes organisées, ce ne sont pas des gens qui se laissent aller."

Intimité, douceur et vie passée

Raconter les migrants plutôt que les montrer, telle est l’ambition de l’exposition "Itinéraires intérieurs" que MSF organise jusqu’au 15 janvier au Point Éphémère, à Paris. Bruno Fert y présente une quinzaine de clichés montrant uniquement les lieux qui ont servi de foyers aux migrants syriens, kurdes, soudanais, pakistanais ou encore érythréens retenus dans les camps français de Calais et Grande-Synthe, et de Katsikas, en Grèce. ...


Recherche
En bref Voir plus


Les articles les plus lus
Buzz
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles

*: champ obligatoire

Météo

ensoleillé

8 °C

25/03/2017