Côte d’Ivoire : Le point sur la situation des mutins à Abidjan et à Bouaké

Côte d’Ivoire : Le point sur la situation des mutins à Abidjan et à Bouaké
Source : Lemonde.fr Afrique
15/05/2017 17:00

Lundi soir, le calme n’est toujours pas revenu dans les deux plus grandes villes du pays agitées par les revendications des militaires.

Les mouvements de mutinerie qui troublent, sporadiquement, la Côte d’Ivoire depuis le mois de janvier se poursuivaient, lundi 15 mai, à Bouaké (centre) et dans la capitale économique Abidjan, notamment, où des soldats mutins réclament le paiement de primes non réglées.

Lundi soir, le ministre de la défense ivoirien, Alain-Richard Donwahi, a annoncé à la télévision nationale qu’« un accord avait été trouvé » avec les soldats mutinés depuis vendredi, sans donner de détails. « A l’issue des échanges, un accord a été trouvé sur les modalités de sortie de crise, a déclaré M. Donwahi. Par conséquent, nous appelons l’ensemble des soldats à libérer les corridors [entrées de ville], à retourner dans les casernes et à veiller à la quiétude des populations. » Joint au téléphone à Bouaké, un mutin a indiqué que lui et ses camarades « attendaient de connaître le contenu de l’accord » avant de décider de la suite de leur mouvement.

« Ce n’est pas un coup d’Etat, nous voulons nos primes, avait plus tôt déclaré un porte-parole des mutins au camp du 3e bataillon d’infanterie de Bouaké, épicentre de la mutinerie. Le président [Alassane Ouattara] a signé un papier pour dire qu’il était d’accord pour nos primes. Quand il paiera, on rentrera chez nous. » « On ira jusqu’au bout. On ne baissera pas les armes. Nous sommes les 8 500 qui avons porté Ouattara au pouvoir, on ne veut pas le faire partir mais il doit tenir sa parole. C’est simple », a-t-il ajouté.

Ex-rebelles, nouveaux mutins

Ce contingent de Bouaké correspond aux anciens rebelles qui ont soutenu Alassane Ouattara pendant la crise électorale de 2010-2011 et qui ont ensuite été intégrés à l’armée. Ce sont eux qui avaient lancé les premiers mouvements de mutinerie en janvier. Le porte-parole des mutins était entouré de soldats exhibant des armes neuves et des cartouches rutilantes et ponctuant les propos de leur camarade de rafales tirées en l’air. La situation était aussi tendue à Man (ouest), Bondoukou et Daloa (centre) où des tirs ont été entendus.

Alors que la situation à Abidjan avait été calme pendant le week-end, de nombreux tirs y ont retenti lundi matin en provenance des deux camps militaires d’Akouedo (est), formant la plus grande caserne du pays, selon une habitante qui réside entre les deux enceintes. ...


Recherche
En bref Voir plus


Les articles les plus lus
Buzz
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n°……

*: champ obligatoire

Météo

ensoleillé

8 °C

25/03/2017

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale