« En Afrique, l’innovation financière est une clé pour une révolution doublement verte »

« En Afrique, l’innovation financière est une clé pour une révolution doublement verte »
Source : Lemonde.fr Afrique
15/05/2017 15:00

Pour le fonds d’impact Moringa Partnership, relever le défi de l’emploi et de la création de richesses dans les campagnes est crucial pour le développement du continent.

 

On parle beaucoup d’innovation pour expliquer comment l’Afrique pourra faire sauter les verrous qui entravent encore son décollage économique, que ce soit pour l’accès à l’énergie, à la santé, à l’éducation ou aux services bancaires. Pourtant, c’est sans doute dans l’agriculture que les innovations, à la fois financières et techniques, sont en train de transformer l’avenir de l’Afrique.
La « conservation finance », qu’on pourrait traduire par « financement de conservation de la nature », est au cœur d’un changement fondamental à l’œuvre sur le continent et promet d’apporter une solution à l’équation agricole africaine. Sur un peu plus de 5 milliards de dollars (4,5 milliards d’euros) investis à travers le monde dans des projets de production durable de nourriture et de fibres, près de 500 millions de dollars ont pris la direction de l’Afrique, soit près de 10 %. C’est déjà plus qu’en direction de l’Asie (467 millions de dollars).

Accaparement des terres

Rappelons que relever le défi de l’emploi et de la création de richesses dans les campagnes est crucial pour le développement de l’Afrique. La situation est éminemment paradoxale : l’Afrique importe l’équivalent de 50 milliards de dollars de nourriture chaque année alors même que plus de la moitié des terres arables non exploitées dans le monde se trouvent sur le continent ! La mise en valeur de ce potentiel agricole, à des niveaux de productivité et de compétitivité élevés, sera nécessaire si l’Afrique veut nourrir ses 2,5 milliards d’habitants en 2050… sans même parler des 10 milliards d’êtres humains qui peupleront la Terre.

Jusqu’alors, les investissements agricoles ont surtout provoqué des controverses sérieuses – et fondées – sur ce qu’il est convenu d’appeler l’accaparement des terres. Les achats massifs de foncier contiennent une part de risque importante, surtout dans des pays où la population est encore pour 60 % rurale. Et l’Afrique peut apprendre des erreurs qui ont été commises dans les pays développés ou émergents en matière d’agriculture intensive et qui ont bien souvent provoqué appauvrissement des sols et détérioration des nappes phréatiques. Seul un développement inclusif des campagnes permettra à la fois de nourrir le continent, d’employer son immense population rurale et de démarrer le processus d’industrialisation par la transformation locale des matières premières agricoles. ...
 


Recherche
En bref Voir plus


Les articles les plus lus
Buzz
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n°……

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale